Quand la pluie a provoqué l’effondrement de notre plafond

par | Jan 4, 2021 | All, Gender Equality

Il y a trois ans, ma famille et moi nous sommes réveillés reconnaissants de savoir que nous avions survécu à un typhon meurtrier. En l’espace de deux semaines ce mois-là, notre pays a été confronté à trois typhons successifs.

Il y a deux semaines, de l’eau s’est déversée dans notre maison alors qu’il pleuvait. Il y avait trois mini « chutes d’eau » du plafond : une dans la cuisine, une dans le salon, une près de l’entrée. Notre maison est assez petite, donc tout est concentré en un seul endroit. En quelques secondes, notre maison a été inondée d’eau. Mon mari et moi avons rapidement nettoyé. Il était quelques minutes après minuit ; nos enfants dormaient.

Je ne me sentais pas en sécurité, car quand la pluie arrive, l’eau qui coule dans les câbles électriques peut provoquer un court-circuit, et éventuellement déclencher un incendie.  Cependant, coup de théâtre, au lieu d’un court-circuit, l’eau a affaibli notre plafond (fait de plaques de ciment) qui s’est effondré et est tombé sur mon mari. Il est sain et sauf.  Notre famille et moi avons été transféré d’urgence dans un nouvel endroit. Nous sommes maintenant installés dans un endroit plus sûr et plus paisible.

Le récent incident me fait réfléchir à la façon dont le changement climatique a ravagé des millions de vies dans le monde entier. Comment la pluie peut-elle faire s’effondrer un plafond entier?

Ce n’est pas un événement unique.

La série de tempêtes a affaibli le toit, ce qui a permis à l’eau de pluie de s’infiltrer à travers le plafond.

Les Philippines subissent en moyenne vingt typhons par an. Chaque année, ces tempêtes s’intensifient. Il en résulte des glissements de terrain, des coulées de boue, des crues soudaines, des ondes de tempête. Ces catastrophes naturelles ne sont pas causées par une seule tempête. Le mois dernier, une dépression tropicale est entrée dans notre pays le 10 novembre, puis elle s’est intensifiée pour devenir un typhon (localement appelé Ulysse) le 11 novembre. Il s’est affaibli le 12 novembre, puis s’est intensifié à nouveau le 13 novembre avant de quitter notre pays.

Lisez à nouveau. La tempête s’est déjà affaiblie, mais elle s’est ensuite intensifiée à nouveau. 

Le typhon Ulysses a touché un total de 1 245 841 familles, soit 5 138 561 personnes dans 7 236 communautés.

Imaginez parmi ces chiffres, combien sont des femmes et des filles qui demandaient de l’aide.

Combien étaient enceintes?

Combien viennent d’accoucher ?

Combien sont handicapées ?

Combien ont une maladie mentale ?

Combien sont atteintes d’autisme, de trisomie 21, d’infirmité motrice cérébrale ?

Combien étaient en période de menstruation ?

Ce n’est qu’une tempête. Notre 21e tempête cette année, pour être exact.

Il y a eu une autre tempête qui a été aussi dévastatrice avant celle-ci. Elle s’appelle localement Typhoon Rolly.

En tout, il s’agit du Typhoon Rolly et du Typhoon Ulysses en chiffres:

– Plus de 2,3 millions de personnes touchées dans huit régions

– Plus de 23 089 personnes déplacées dans les centres d’évacuation

– Plus de 46 987 personnes déplacées en dehors des centres d’évacuation

 Veuillez vous arrêter un instant et regardez le nombre de personnes déplacées à l’intérieur et à l’extérieur des centres d’évacuation.

Ce que ces chiffres ne nous disent pas, c’est combien sont des femmes et des filles.

Ce que ces données ne nous disent pas, c’est combien de ces femmes et de ces filles sont vulnérables aux agressions sexuelles.

Chaque fois qu’une tempête se produit, une femme ou une fille est vulnérable à la violence sexiste. Des études montrent que les agressions sexuelles ont lieu dans les centres d’évacuation et les abris temporaires

Ai-je mentionné qu’il y a eu une tempête meurtrière avant le typhon Rolly? C’est le typhon Quinta. En trois semaines, cinq tempêtes ont frappé notre pays, dont trois ont détruit nos infrastructures, déplacé notre population, dénudé nos fermes, et bien d’autres encore.

Avec tous ces 21 typhons qui visitent notre pays et perturbent notre paix cette année, sans parler du nombre de tremblements de terre entre les deux, il y a COVID-19 dans l’équation. Nos équipes de première ligne et nos sauveteurs sont surchargés de travail, sous-payés, stressés et peu appréciés. Combien d’entre eux sont des femmes qui doivent également retourner dans leur famille immédiate pour s’occuper de leurs besoins ?

Ces tempêtes ne sont donc pas seulement un problème environnemental, elles deviennent un problème social. Plus les typhons sont nombreux, plus les femmes et les filles sont en danger.

C’est un appel à la JUSTICE CLIMATIQUE. À ceux qui sont au pouvoir et qui prennent des décisions en matière de climat, j’espère que vous ne considérez pas les statistiques comme de simples chiffres, mais comme de vraies personnes avec des histoires de survie.

Ma famille et moi ne sommes que l’un des millions de survivants des typhons dans notre pays. J’ai la chance de vivre pour raconter notre histoire.  D’autres n’ont pas eu autant de chance. Les autres souffrent encore en silence et vivent un traumatisme.

Pouvez-vous nous entendre? Pouvez-vous nous voir? Ressentez-vous notre douleur? Voyez-vous notre souffrance?

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Shares
Share This
X