Rapport sur les meilleures pratiques en matière de gestion des talents et d’amélioration de la productivité dans l’entreprise

par | Juin 30, 2019 | All, Entrepreneurship, Women Entrepreneurship

Ce 28 mai 2019, au siège de CaixaForum-Madrid, ma collègue Esther Jiménez et moi-même avons présenté le rapport EJE&CON « Good Practices for talent management and improving competitiveness in companies », préparé par les chaires Carmina Roca et Rafael Pich-Aguilera Women and Leadership de l’IESE, avec le soutien de CaixaBank et la participation de plus de 100 organisations issues de tous secteurs.

Les mots de bienvenue ont été prononcés par Soledad Murillo de la Vega, secrétaire d’État à l’égalité du ministère de la Présidence, aux relations avec les tribunaux et à l’égalité ; Nerea Torres, présidente de l’EJE&CON ; Val Díaz, présidente de la commission égalité de la CEOE, entre autres.

Le Code de l’EJE&CON, publié en 2017, a déterminé 10 recommandations (alignées sur celles déterminées par la CNMV) qui ont conduit à l’enquête dont les résultats figurent dans le rapport que nous présentons aujourd’hui. (Vous pouvez le lire ici dans son intégralité).
Voici quelques-unes des conclusions les plus pertinentes du rapport :
– 77% de l’échantillon confirment que leur entreprise promeut la mixité au sein des instances dirigeantes et de la Direction Générale.
– 74% déclarent que la participation des femmes à la prise de décision dans l’organisation est une question importante pour le Comité directeur.
– Soixante-deux pour cent disent que leur entreprise a une politique d’égalité des chances.
45% disent qu’il y a dans leur organisation une personne ou une équipe en charge de la gestion des aspects liés à la mixité, en particulier dans la Direction Générale.
– Les moyennes entreprises (de 50 à 199 employés) affichent le plus faible niveau de communication et de sensibilisation.
– Comme nous l’avons déjà souligné à de nombreuses reprises, la première difficulté dans la promotion des femmes est la maternité, avec les responsabilités familiales et domestiques. Le second est le machisme dans la société en général.
– La mesure la plus couramment utilisée dans le processus de sélection est  » de présenter au moins un candidat final du sexe le moins représenté  » (51%), suivie d’une discrimination positive en faveur du sexe le moins représenté  » (37%).
– 78% des entreprises participantes ont une politique de travail flexible.

Une table ronde animée par Isabel Alonso, vice-présidente de l’EJE&CON, a suivi : « Vers une entreprise plus inclusive, humaine, durable et compétitive », avec des représentants de CaixaBank, KPMG, Indra et Naturgy. Ce matin, plus de 60 organisations avaient déjà adhéré à l’engagement de la direction de #talentSINgénero.

Nuria Chinchilla est professeure au Département de gestion des personnes dans les organisations, titulaire des chaires Carmina Roca et Rafael Pich-Aguilera Women and Leadership et fondatrice de l’International Center for Work and Family. Diplômée en économie et en droit, elle est titulaire d’un doctorat en administration des affaires de l’IESE.
Ses domaines de spécialisation comprennent les femmes et le pouvoir, les compétences en gestion dans les organisations familiales, la gestion du temps et des carrières, les conflits interpersonnels et les organismes sans but lucratif. En 1984, elle a commencé à travailler comme professeure à plein temps à l’IESE.
Les opinions exprimées dans ce document sont uniquement celles de l’auteur.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator de l’anglais

0 commentaires

Shares
Share This
X