Ne prenez pas les choses personellement

par | Oct 25, 2019 | All, Empowerment of Women in `leadership

Cela peut sembler contradictoire avec certains de mes écrits précédents… En fait, je préconise de trouver un emploi que nous aimons, avec des valeurs dans lesquelles nous nous identifions. Cela implique souvent un engagement personnel.

Et c’est exactement la raison pour laquelle je veux écrire sur ce sujet. C’est si facile de tout prendre personnellement. Un e-mail négatif ? « Mon patron ne m’aime pas », un projet rejeté ? « Mon patron ne m’aime pas », commente notre plan d’action ? « Mon patron ne m’aime pas », je n’ai pas été invité à une réunion importante ? « Mon patron ne m’aime pas. “

Tu réalises que tu parles comme Calimero * ?

C’est vrai que ça peut arriver, un patron qui ne nous aime pas. Cela peut être terrible, surtout si cela se transforme en harcèlement. Mais avant d’en arriver là, assurons-nous que ce désenchantement est réel.

Nous avons tous des affinités naturelles et des collègues que nous « aimons » plus que les autres… C’est humain, bien sûr, mais cela ne justifie pas de traiter les gens différemment au travail.

Alors, comment dissocier le travail de l’affect ?

La première chose à faire est de s’asseoir et de réfléchir. Ne laissez pas vos émotions prendre le dessus.

Ensuite, demandez-vous quelle est la raison du rejet.

Un projet peut être rejeté parce qu’il est mal monté, qu’il a été mal vendu ou qu’il n’est pas seulement dans la stratégie actuelle de l’entreprise. Tu dois vraiment prendre du recul à ce moment-là. Il peut être difficile, si vous y travaillez depuis des mois, d’accepter tout ce temps perdu, mais c’est souvent l’occasion d’apprendre de vos erreurs et de demander une rencontre avec votre patron pour comprendre ce qui pourrait être amélioré la prochaine fois. Par-dessus tout, évitez de vous bâtir une mauvaise réputation en réagissant émotionnellement. S’offusquer et rejeter les critiques ne fera qu’aggraver la situation et donner l’impression que vous êtes arrogant.

La plupart du temps, une fois que nous avons accepté qu’il peut y avoir de bonnes raisons pour que notre projet soit rejeté, les choses s’améliorent.

Mais il y a d’autres moments…. l’e-mail qui est un peu trop direct, voire agressif, suite à un retard sur un projet ; la réunion à laquelle nous n’avons pas été invités ; l’e-mail sur lequel nous n’avons pas été copiés…

Là, c’est encore plus facile de le prendre personnellement… « Si mon patron me respectait, il ne m’écrirait pas comme ça. »

Sauf que cela dépend du type de patron. Je fais partie de ces patrons qui vont droit au but et qui considèrent que l’envoi d’un courriel direct à un membre de l’équipe est un signe de confiance. Parce que cette personne sait que je suis très occupée et que nous nous connaissons assez bien pour ne pas perdre de temps.

Quelques règles simples à suivre dans ce cas : (après avoir passé l’infâme « Je vais y dormir »)

1 – Vous vous demandez si le patron fait la même chose avec tout le monde ? (ou plus simplement, éviter la paranoïa)

2 – Mettez-vous à la place du patron – Est-ce que je ferais la même chose si j’étais à sa place ? Le fait-il pour accroître l’efficacité, par exemple ? Son niveau de stress explique-t-il certaines lacunes (même si son rôle devrait être de ne pas transmettre ce fameux stress) ? Ou était-ce simplement une erreur humaine (parce que nous faisons tous des erreurs, et c’est bien) ?

3 – Est-ce vraiment si grave ? Je n’exagère pas ? Parfois, lorsqu’on est fatigué, il est facile d’exagérer des signes très triviaux.

4 – Avons-nous bien interprété le ton du courriel ? Le problème des courriels, c’est qu’ils sont, par définition, silencieux. Il n’y a pas de ton de voix qui va avec eux et qui nous permet de comprendre si c’est de l’humour, ou si le ton est bienveillant. Donc, dans le doute, pensez toujours qu’il a été écrit d’une manière positive. Cela évitera de trop stresser.

Et si rien de tout cela ne fonctionne, si vous continuez à penser qu’il y a un problème, alors parfois le mieux est de briser la glace et de demander calmement à votre patron ou collègue ce qui se passe.

Mais en fin de compte, vous devez toujours supposer qu’ils attaquent une opinion, une position ou parfois un rôle, mais très rarement une personne. Nous renvoyons donc Calimero* à nos dessins animés d’enfance et nous retournons au bureau avec un beau sourire !

Note – Bien sûr, je parle de relations normales au travail. En cas de harcèlement, c’est un tout autre sujet que je traiterai un jour dans un article.

* Pour la jeune génération qui pourrait me lire… Calimero est une petite fille noire qui se promène avec sa coquille d’oeuf sur la tête et un paquet sur l’épaule. Sa phrase préférée : « La vie est vraiment trop injuste ! »

Magali Anderson est une pionnière de l’industrie pétrolière et gazière. Elle a gravi les échelons en occupant des postes de direction et de direction dans des secteurs à prédominance masculine dans divers pays comme l’Angola, l’Indonésie, la Roumanie et la Chine. Simultanément, elle a eu deux filles qui sont maintenant diplômées des meilleures universités.  les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur.

 

 

 

0 commentaires

Shares
Share This
X