Le post-féminisme : Féminisme synergique

par | Avr 26, 2021 | All, Empowerment of Women in `leadership, Work-Life Balance

Je présente dans ce billet l’histoire inspirante d’Eiko Hashiba, une banquière japonaise qui a quitté son poste pour s’occuper de son bébé… et a créé un empire financier 10 ans plus tard. Ayant dû démissionner de son poste chez Goldman Sachs, elle s’est demandé pourquoi les consultants comme elle ne pouvaient pas être externalisés, afin d’avoir la possibilité d’intégrer vie familiale et vie professionnelle. C’est ce qu’elle avait en tête lorsque, 10 ans plus tard, elle a fondé VisasQ, dont elle est PDG. Elle en détient 52% et l’action s’est appréciée de 95% depuis mars à la bourse de Tokyo, faisant d’elle une milliardaire. Son cabinet de conseil compte aujourd’hui plus de 110 000 consultants externes enregistrés, experts dans toutes sortes de secteurs.

Son histoire m’a fait penser à certaines paroles récentes de María Dolores Dancausa, PDG de Bankinter : »Je pense toujours que les femmes ont dû jouer des rôles importants et ingrats dans toutes les crises. Quand tout s’écroule, nous puisons des forces et prenons des décisions pour aller de l’avant ».

Pour Dancausa, les crises sont des écoles de leadership et d’auto-amélioration. Elles permettent d’apprendre et d’exercer des disciplines très utiles, telles que l’austérité, la valeur de la prudence, la capacité de surmonter, l’importance de la prévention..

« Quelle bonne nouvelle. Je suis ravie de voir une autre femme PDG dans le secteur bancaire. Toutes mes félicitations, Jane. Ce sont les mots d’Ana Botín, présidente de Banco Santander, pour souhaiter la bienvenue à Jane Fraser, qui deviendra en février 2021 la nouvelle PDG de Citigroup, la troisième banque de Wall Street. C’est un grand pas pour les femmes. Sur la photo, on peut voir un tweet où elle se réjouit de voir une autre femme à la tête d’une banque.

La carrière de cette cadre supérieure écossaise a commencé chez Goldman Sachs à l’âge de 20 ans, où elle a signé en tant qu’analyste financier. Elle a étudié à l’université de Cambridge et à la Harvard Business School. Elle a également passé deux ans en Espagne pour apprendre la langue. « Je pensais que l’Espagne serait plus amusante que l’Allemagne », a-t-elle déclaré lors d’un forum économique américain. Dans notre pays, il a travaillé dans le cabinet Asesores Bursátiles, d’où sont sortis d’autres visages connus, comme l’ancien ministre de l’économie Luis de Guindos. Après son Erasmus espagnol, il a rejoint le cabinet de conseil McKinsey & Company jusqu’à ce qu’il fasse le saut chez Citigroup, en 2004. Selon les mots de Fraser :

« Peut-on tout avoir (carrière et famille) ? Oui, on peut, mais on ne peut pas tout faire en même temps et on ne peut pas s’attendre à tout faire en même temps. C’est le conseil que m’a donné un jour l’un de mes patrons : « Votre vie sera multi-carrière, alors ne vous mettez pas la pression en attendant que tout se passe en même temps. Jane admet souffrir de ce que j’appelle un plafond de ciment : un sentiment de doute à chaque fois qu’elle relève un nouveau défi si elle n’est pas prête à 120 %. Elle le gère en le retournant pour le transformer en confiance dans son équipe, clé de son nouveau travail. Elle a toujours pu compter sur le soutien de sa famille, en particulier de son mari, le cadre cubain Alberto Piedra, qui était directeur de l’exploitation de Bank of America en Europe après avoir passé 15 ans chez Goldman Sachs. En 2009, il a pris sa retraite de la direction de la banque mondiale de Dresdner Kleinwort, et a pris sur lui d’abandonner sa carrière pour s’occuper de la famille, alors que la carrière de sa femme à Citigroup était déjà imparable.

Dans une étude réalisée il y a tout juste cinq ans, intitulée « Mères surchargées », Albert Julià et Sandra Escapa, sociologues à l’université de Barcelone, ont constaté que plus les hommes sont impliqués dans les tâches domestiques, plus les femmes sont impliquées. Lorsqu’elles y consacrent plus de 15 heures par semaine, l’implication des femmes augmente au-delà de la moyenne. Le résultat est contre-intuitif, expliquent-ils, car ce qui semblait logique au départ, c’est que la proportion serait inverse – si l’homme s’investit dans la maison, la femme allège ses charges – mais c’est exactement le contraire qui se produit lorsque le dévouement de l’homme est intense. Le risque de surcharge de travail pour ces mères est similaire à celui de celles qui ont un modèle familial traditionnel, dans lequel il travaille en dehors de la maison et elle non. En effet, dans ce type de famille émergente, les heures consacrées par la femme au travail à la maison sont le double de celles de l’homme.

Quelle pourrait être la cause de cette tendance ? Selon les auteurs, il s’agit de la stratégie parentale commune, une stratégie émergente basée sur « l’investissement » dans le foyer et, surtout, dans la relation avec les enfants. Des familles qui considèrent que ce temps dédié apporte des bénéfices cognitifs et émotionnels aux petits et qu’il implique que les pères et les mères partagent les activités, sans se répartir les tâches.

La mère ne se désengage pas lorsque l’homme est impliqué, bien au contraire. Il s’agit d’une certaine construction du projet vital. C’est ce qu’on appelle la parentalité positive, qui enrichit les enfants et aussi les deux parents.

En résumé, il s’agit de faire coïncider la carrière professionnelle des conjoints avec leur carrière familiale et personnelle.  C’est le post-féminisme, ce que j’ai appelé le féminisme synergique, qui, en pivotant sur les différences, a un effet multiplicateur dans tous les sens. Il ne s’agit pas de lutter l’une contre l’autre, mais d’aller main dans la main et de construire ensemble un monde meilleur : une famille plus forte – d’où nous partons -, une entreprise plus solide et une société plus durable.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Shares
Share This
X