Réseaux de soutien entre femmes juristes

par | Avr 16, 2022 | All, Empowerment of Women in `leadership, Motherhood

Le magazine Estampa, dans son numéro du 26 février 1929, consacre une page entière à une photo montrant trois femmes de l’Asociación Universitaria Femenina (AUF), la première association de femmes universitaires en Espagne, en train de poser une affiche intitulée « Les femmes aident les femmes ». Le texte accompagnant la photo explique qu’un certain nombre d’universitaires ont parcouru les rues de Madrid pour coller des affiches proposant leur aide à toutes les femmes espagnoles. L’article précisait que l’AUF offrait « des conseils, une orientation et un soutien spirituel, juridique, médical et social, à la mère abandonnée, à la mineure sans défense, bref, à la femme sans défense face à tout problème ou conflit dans lequel elle a besoin d’une orientation médicale, juridique ou sociale ; à la travailleuse, à la femme sans aide ni soutien, le tout absolument gratuitement ».

Cette démonstration de fraternité et de solidarité entre femmes n’est pas exceptionnelle. Les réseaux de soutien aux femmes ont toujours existé, la nécessité de créer des liens et des alliances entre les femmes afin de s’entraider a été une constante tout au long de l’histoire, bien que la recherche ne s’y soit guère intéressée. Parmi ces réseaux de soutien insuffisamment étudiés figurent ceux qui ont émergé parmi les premières femmes espagnoles diplômées en droit. Des femmes qui ont pris sur elles de soulever les demandes sociales de nombreuses autres personnes qui n’avaient pas voix au chapitre dans la sphère publique, transformant ces demandes en revendications juridiques.

Le travail de conseil juridique de l’AUF, dont les responsables étaient Clara Campoamor et Matilde Huici, visait à « informer dûment toutes les femmes, quelle que soit leur position, sur tous ces problèmes naturels et juridiques qui les affectent dans leur vie ». Dès sa création, les objectifs de l’association se sont concentrés sur le conseil aux personnes dans le besoin et sur la revendication des droits des femmes et des enfants. Des questions telles que l’établissement de la paternité, la réforme du code civil en ce qui concerne le droit des femmes mariées de jouir et de disposer librement de leur salaire et l’abolition de la prostitution.

L’obtention du droit de vote pour les femmes faisait également partie de leurs défis. Sur la voie de la réalisation de cet objectif, elles ont collaboré avec d’autres organisations en faveur du suffrage féminin, telles que l’Association nationale des femmes espagnoles et le Lyceum Club, où nombre de leurs membres étaient actifs.

Avec la dictature, les femmes perdent progressivement les quelques droits qu’elles avaient acquis et l’égalité juridique des sexes inscrite dans la Constitution républicaine est ignorée. Cependant, même pendant les années de la dictature, certains juristes ont laissé leur empreinte en faveur de l’égalité juridique. Car, malgré les difficultés, les femmes juristes ne sont pas non plus restées silencieuses pendant cette période. Dans la mesure de leurs possibilités, des femmes se sont battues pour retrouver l’égalité juridique.

L’une des plus actives était l’avocate et écrivain Mercedes Formica, qui s’était spécialisée dans les questions relatives aux droits des femmes. Elle s’est efforcée de dénoncer l’inégalité de traitement des femmes sur le lieu de travail, où elle a exigé un changement dans l’accès aux emplois et aux postes officiels (changement qui a été obtenu pour la première fois en 1961 et pleinement réalisé en 1966) ; elle a également critiqué avec énergie le traitement pénal de l’adultère, qui n’était pénalisé que dans le cas des femmes. Cependant, parallèlement à ses exigences en matière de droit public, c’est dans le domaine du droit privé qu’elle a remporté l’un de ses plus grands succès. Plus précisément, la réforme du code civil de 1958 est due à une campagne menée par Mercedes Formica par le biais du journal ABC. Le point de départ a été une réflexion dans l’article El domicilio conyugal (Le domicile conjugal) écrit dans le cas d’Antonia Pernía Obrador, poignardée avec douze couteaux par son mari, qui l’avait abusée à de nombreuses reprises et dont la loi ne lui avait pas permis de se séparer sous peine de perdre son domicile, ses enfants et tous ses biens. Grâce à cette campagne, de nombreuses femmes ont décidé de parler pour la première fois des situations dramatiques qu’elles vivaient. Plus de 100 lettres par jour arrivaient à la rédaction de l’ABC, également de parents et de frères et sœurs de femmes battues qui regardaient la situation avec impuissance. Formica poursuit ses chroniques et ses conférences sur la nécessité de réformer le code civil. Elle n’était pas seule dans cette démarche. Outre le soutien de l’ABC, elle a bénéficié de la collaboration de plusieurs collègues. Le changement a été réalisé le 24 avril 1958 avec la réforme de l’article 66.

À la fin des années 1960, la situation juridique des femmes s’était améliorée, mais il restait encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à une égalité juridique totale. Au cours de ces années, il faut souligner le travail associatif réalisé par l’avocate María Telo. En juillet 1971, elle a créé l’Association espagnole des femmes juristes (AEMJ), devenant ainsi le premier regroupement de ces professionnelles en Espagne. Les objectifs de cette association étaient les suivants : « (1) l’étude du droit, en particulier celui qui touche directement les femmes ou la famille ; (2) la promotion de l’adaptation des normes juridiques à l’époque actuelle, et (3) la promotion des femmes, dans leurs professions respectives, et en particulier de celles qui sont diplômées en droit ». L’une de ses grandes étapes a été d’obtenir l’entrée des femmes dans la Commission générale de codification. Ainsi, grâce à la ténacité et aux efforts de ces femmes juristes, il a été possible de mettre fin au congé conjugal, qui impliquait l’incapacité presque totale des femmes mariées dans la vie sociale et économique.

Il ne fait aucun doute que depuis que les premières femmes juristes pionnières ont commencé leur travail, de nombreux progrès ont été réalisés en termes de législation et d’associations. En Espagne, il existe maintenant plusieurs associations de femmes juristes (AEMJ, Themis, Association des femmes juges d’Espagne…), en outre, les groupes professionnels mixtes ont des sections ou des commissions d’égalité. Par conséquent, même s’il reste des problèmes et des améliorations à apporter, nous ne pouvons ignorer les progrès réalisés grâce aux efforts parfois surhumains de ceux qui nous ont précédés, auxquels nous sommes redevables et qui méritent de ne pas être oubliés.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Shares
Share This
X