Nigerian Clean Cooking Forum 2021 exhibition 

WISE 2021 International Women’s Day

WISE 2021 International Women’s Day

Entretien avec Olanike Olugboji, consultante en développement durable et fondatrice de WISE

par | Oct 21, 2021 | All, Empowerment of Women in `leadership, Women & The Energy Transition

Pouvez-vous vous présenter ? D’où venez-vous ? Quel est votre parcours professionnel ? Comment avez-vous commencé à vous intéresser aux questions de genre et de développement durable ?

Je m’appelle Olanike Olugboji et je suis originaire du Nigeria, plus précisément du sud-ouest du pays, mais je suis née dans le nord-ouest du Nigeria, dans l’État de Kaduna. Je vis dans l’État de Kaduna depuis plus de 40 ans.
Je suis titulaire d’un premier et d’un second diplôme en planification urbaine et régionale et j’ai plutôt travaillé dans le domaine du développement en tant qu’entrepreneur social. Je n’ai travaillé que brièvement dans des sociétés de consultance où j’ai exercé ma profession d’urbaniste et d’aménageur régional pendant quelques années, mais j’ai toujours eu cette passion pour l’environnement dès l’enfance, car en grandissant dans la ville de l’État de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, j’ai eu le privilège d’être issue d’une famille de classe moyenne et j’ai grandi dans la zone métropolitaine de l’État de Kaduna, où j’avais accès à l’eau potable par les robinets de la maison. Mais lorsque nous devions voyager par la route, lorsque les déplacements étaient sûrs à la fin des années 70 et au début des années 80 au Nigeria, je voyais des femmes et des enfants marcher et je me demandais toujours d’où ils venaient, parce qu’on ne voyait même pas les maisons autour, on les voyait juste marcher sur de longues distances, portant des récipients ou de l’eau sur la tête et je me demandais toujours : d’où viennent-ils et où vont-ils ?
En plus de cela, quand j’étais enfant, chaque fois que je voyais des gens jeter des ordures, des objets hors de leur véhicule, des objets sur le sol pendant qu’ils marchaient, cela me touchait. Je me suis toujours dit qu’un jour, je pourrais comprendre l’histoire des femmes et des enfants qui transportent de l’eau sur de longues distances et sensibiliser les gens à la nécessité de garder un environnement propre. J’étais vraiment préoccupée par le fait que les gens jetaient leurs déchets ou se retrouvaient dans un environnement très sale. En grandissant, à l’école, j’étais connue pour mobiliser les gens afin de faire le ménage, surtout lorsque j’étais à l’université où nous vivions dans des foyers privés sur le campus. Les gens n’étaient pas intéressés par la propreté de l’environnement, alors je devais toujours parler à certaines de mes amies proches et leur dire : « S’il vous plaît, faisons en sorte que cet environnement soit habitable pour nous et pour les autres ». Je savais donc, au fond de moi, que je n’exercerais pas longtemps ma profession, mais que je me retrouverais dans le secteur du développement, à plaider pour la gestion et la protection de l’environnement.
Ainsi, en 2004, j’ai commencé à chercher d’autres organisations qui faisaient déjà quelque chose dans le domaine de l’environnement pour peut-être protéger l’environnement, éduquer les gens sur la nécessité de protéger l’environnement, mais je n’en ai trouvé aucune. La seule organisation qui faisait quelque chose autour de la protection de l’environnement avait déjà quitté l’État de Kaduna à l’époque et j’ai donc lancé un projet que j’ai appelé Environmental Management and Protection Network, toujours avec la conviction qu’un jour je pourrais probablement trouver des organisations qui sont intéressées à se concentrer sur les questions autour de l’environnement.
En outre, après avoir lancé ce programme, j’ai constaté que la plupart des défis que je souhaitais relever sur les plates-formes me ramenaient toujours sur le pas de la porte des femmes dans les communautés. Je voulais m’attaquer aux problèmes d’accès à l’eau potable, d’accès à l’énergie de cuisson, de plantation d’arbres, de gestion des déchets solides et autres problèmes connexes. Et j’ai découvert que chacune de ces questions était liée aux femmes dans les communautés. Malheureusement, nous avons découvert que la voix de la plupart de ces femmes n’était pas entendue lorsqu’il s’agissait de savoir comment l’environnement était protégé, comment il était géré. Elles n’avaient aucune idée de la manière dont ces questions environnementales affectaient leur vie. Avec les membres de mon équipe, nous avons donc commencé à réfléchir à la meilleure façon de servir ces femmes dans ces communautés. Heureusement pour moi, j’ai été sélectionnée pour le programme Women Leaders for the World de l’université de Santa Clara en 2008. Grâce aux connaissances et aux informations que j’ai acquises au cours de cette phase, j’ai commencé à chercher comment doter les femmes d’informations et de compétences qui les aideront à être en première ligne pour trouver des solutions à de nombreux problèmes environnementaux dans leurs communautés.
Je suis donc revenue au Nigeria et nous avons retravaillé le nom de l’organisation, qui est devenu Women Initiative for Sustainable Environment (Initiative des femmes pour un environnement durable), afin que le nom reflète réellement ce que nous sommes en train de faire.

Alors, en quoi consiste WISE ?

Il ne s’agit pas seulement de s’attaquer à tous les défis environnementaux que nous rencontrons, mais surtout à ceux qui affectent directement la vie des femmes dans les communautés, car certains faits montrent que les femmes sont les plus touchées par les défis environnementaux. Par exemple, la question de l’accès à une énergie de cuisson propre ; les faits et les chiffres concernant les conséquences sanitaires et environnementales ; les femmes parcourent jusqu’à 2 km ou plus de leur communauté juste pour aller chercher du bois de chauffage pour leur cuisine. Et en faisant cela, beaucoup d’entre elles se font agresser, certaines se font violer, d’autres se font kidnapper. En fin de compte, personne ne parle de ces problèmes. Nous avons donc commencé à travailler avec les femmes dans les communautés pour voir comment elles peuvent être en première ligne pour relever ces défis environnementaux qui ont un impact direct sur leur vie ou celle des membres de leur famille et de leur communauté.

Comment WISE est-elle financée ?

Dès le début, c’était juste quelque chose qui me passionnait et j’ai fait un peu de travail de consultant qui m’a permis de gagner un revenu. J’ai consacré une partie de ces revenus au lancement des idées que j’avais. Au fil du temps, alors que le travail continuait à se développer, des membres de ma famille m’ont également soutenue, puis en 2007, j’ai trouvé World Pulse. Je m’étais liée à Women Earth Alliance, qui était alors Women Global Green Action Network. En 2005, le Women Global Green Action Network a lancé une recherche de femmes travaillant sur des questions de justice environnementale et sociale dans le monde entier. J’ai été l’une des femmes invitées à la première réunion stratégique au Mexique, mais je n’y suis pas allée, et j’ai gardé le contact avec les organisatrices, dont l’une a finalement lancé la Women Earth Alliance. Je pense que notre premier soutien financier est venu de la Women Earth Alliance. Depuis 2005, lorsque nous avons été financés par le Women Global Green Action Network et que nous avons été mis en relation avec World Pulse, nous avons continué à donner de la visibilité à notre travail et à attirer des financeurs. Nous avons bénéficié du soutien financier de Women Earth Alliance, du Global Greengrants Funds, nous avons bénéficié du soutien au renforcement des capacités de Women Leaders for the World. Nous avons obtenu le soutien du PNUD, un projet financé par le programme de développement des Nations Unies et le mécanisme de programme mondial. Récemment, nous avons également été financés par le Fonds mondial pour les femmes.

Le champ d’action de WISE se limite-t-il au Nigeria ou est-il plus large ?

Il est plus large car nous avons été en mesure d’exploiter la technologie pour notre travail de plaidoyer. Par exemple, j’ai un journal en ligne que j’appelle Women’s Environmental Think Tank.
L’exploration de la technologie pour mon travail, en termes de projection de la voix de ces femmes à travers mes écrits, en racontant leurs histoires, en créant une visibilité autour des questions qui les affectent, a également donné une perspective globale à notre travail. Nous avons donc pu trouver des partenaires dans le monde entier. Au Nigeria, notre travail est national, nous travaillons dans toutes les zones géopolitiques du pays.

Pouvez-vous expliquer plus en détail vos stratégies pour éduquer les femmes au développement durable ? Comment les sensibilisez-vous ?

Nous faisons beaucoup de plaidoyer. Nous diffusons des informations. Nous formons ces femmes en groupes. Nous organisons de nombreuses formations. Nous renforçons les capacités de ces femmes autour de divers centres d’intérêt. Par exemple, nous avons le programme WISE de formation et d’entrepreneuriat en matière de fourneaux propres, qui vise à renforcer les capacités des femmes à devenir des entrepreneurs et des défenseurs des fourneaux propres. Il s’agit de s’assurer qu’elles éduquent les membres de leur communauté sur l’impact négatif de la déforestation, de la dépendance aux méthodes traditionnelles de cuisson qui ne sont pas efficaces sur le plan énergétique et qui ont également entraîné la mort de nombreuses femmes. Nous faisons de la formation, du plaidoyer, de la sensibilisation, de la formation à l’autonomie numérique parce que nous pensons qu’à notre époque, l’alphabétisation numérique est essentielle pour que les femmes soient mieux informées et pour créer une visibilité autour des solutions qu’elles proposent dans leur communauté. Ce sont donc quelques-unes des activités et des stratégies que nous explorons.

Trouvez-vous difficile de rendre vos stratégies efficaces ?

Oui. Lorsque nous nous sommes lancés, il était assez difficile de faire comprendre aux gens ce que nous essayions de faire. En particulier parce que le Nigeria est culturellement parlant très patriarcal. Quand je me suis lancée, j’ai été contestée par certains hommes qui se disaient : « Que fais-tu, tu n’es qu’une femme, tu ne devrais pas faire ça, tu ne trouveras pas de mari, etc ». De plus, il était étrange de trouver une femme qui travaillait dans une grande agence gouvernementale qui s’occupe des questions d’environnement. J’ai pensé que si une femme trouvait quelqu’un comme moi faisant ce que je faisais, elle allait me soutenir, mais elle m’a plutôt interpellée en me demandant si j’allais reprendre la mission, la tâche de l’agence gouvernementale. Et j’ai répondu que non, que je ne faisais que compléter leurs efforts dans les communautés qu’ils couvraient également. Mais au fil du temps, nous avons réussi à pénétrer dans les communautés et à faire en sorte que beaucoup d’hommes soutiennent le travail que nous faisions, non seulement en explorant des approches sensibles au genre dans notre travail, mais aussi en prêchant le message de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une compétition ou d’un concours entre les hommes et les femmes, mais plutôt d’une collaboration, d’un partenariat pour améliorer la vie des hommes, des femmes, des enfants, des ménages et des communautés. Grâce à cette approche, de nombreux hommes ont soutenu notre travail et nous ont aidés à transmettre le message à leurs épouses, leurs mères et leurs filles.

Vous avez mentionné l’aspect patriarcal de la société nigériane. Pensez-vous que les femmes sont plus exposées que les hommes aux problèmes environnementaux en raison de cet aspect patriarcal ?

Oui, au fil des ans, les femmes ont été en quelque sorte mises à l’écart et marginalisées en raison du système traditionnel qui ne leur donne pas de place à la table des décisions. C’était assez endémique et le message que nous avons transmis à la plupart des femmes dans les communautés est que nous n’avons pas vraiment à attendre d’être appelées à la table : nous pouvons créer notre propre table et commencer à travailler à partir de là.
Au fil du temps, les femmes sont devenues plus informées, plus équipées de connaissances, d’informations et de compétences qui leur ont permis d’avoir un impact sur leurs communautés. Elles se font remarquer et je pense que cela a contribué à ouvrir la voie pour que les femmes deviennent pertinentes dans le cadre du développement durable et des questions de genre. Pour l’instant, je ne dirais pas qu’il y a plus de femmes. Un certain nombre de femmes et de jeunes filles me considèrent comme un modèle, ce qui les a aidées à s’intéresser davantage aux questions de développement durable, de genre et d’équité. Un certain nombre de groupes de femmes sont enregistrés au sein de notre organisation et nous continuons à les soutenir par le biais d’agences et de différentes interventions que nous continuons à lancer pour défendre la cause que nous représentons.

Shares
Share This
X