Sortir de sa zone de comfort

par | Août 21, 2019 | All, Empowerment of Women in `leadership, Gender Equality

 

Un ami qui est très investi dans le débat féministe m’a parlé d’un parti pris qu’il a vécu récemment.
Lorsqu’un manager (lui, par exemple) a deux postes à attribuer à deux candidats également qualifiés, il a tendance à donner le plus simple à la femme et le plus compliqué à l’homme. Il cherche à augmenter les chances de succès des femmes – après tout, il y a très peu de femmes, nous n’allons pas risquer leur échec !

Cependant, ce faisant, non seulement nous ne donnons pas aux femmes l’occasion de montrer ce qu’elles valent, mais nous ne les préparons pas non plus à occuper des postes de direction. Au cours de la prochaine ronde de promotions… à qui donnerons-nous le super travail ? Celui qui avait un travail très stimulant et qui a très bien réussi, ou celui qui, bien que méritant, a eu un succès moins visible, parce que le défi initial n’était pas aussi important ? C’est ainsi que, même avec les meilleures intentions, nous pouvons ralentir la progression des femmes.

Sortir de sa zone de confort est la meilleure façon d’apprendre de nouvelles choses. C’est dans des territoires inconnus que vous avez l’occasion de prendre des risques (maîtrisés) et de vous démarquer, prouvant que vous êtes prêt pour un nouveau rôle.
Lorsqu’une tâche est particulièrement difficile, il n’y a pas d’autre choix que de retrousser ses manches et d’utiliser tous ses neurones.
Néanmoins, quand une mission est un peu moins difficile, ce n’est pas une raison pour se contenter de paresse ! Il y a toujours un moyen d’avoir un impact dans votre travail.

Le tournant de ma carrière s’est produit alors que j’occupais un poste dans le secteur manufacturier. Nous sommes en 2004. L’industrie pétrolière et gazière connaît une croissance exponentielle, comme elle le fait de temps à autre. Les outils que je fabrique ont un délai de fabrication de 9 mois. Début 2005, mon carnet de commandes est identique à celui de l’année précédente. De toute évidence, les gens sur le terrain demeurent prudents quant à la croissance de l’industrie. À mon avis, c’est assez évident que ce n’est pas normal. J’aurais pu me contenter de l’option la plus confortable, à ce moment-là, et exécuter la stratégie convenue, sans la remettre en question. Mais je n’aime pas le confort…. alors je vais jusqu’au président, pour proposer la mise en place d’une production d’outils augmentée de 80%, et tout ça, sans aucune commande. Après avoir vu mon plan d’affaires, le président me suit dans ma « folie ». Je veux dire, la folie que j’aime appeler « prise de risque contrôlée ».

A la fin de l’année, nous avons encore des outils sur les étagères. Je crée une campagne publicitaire pour des opérations qui ont reçu des investissements supplémentaires en vue de leur croissance.
Comme aucun autre centre n’a fait le même pari que moi, ils sont très heureux de dépenser leur argent. Nous terminons l’année en ayant tout vendu et en ayant doublé notre production.

C’est après cet exploit que je suis devenu PDG de l’Angola.

M’auraient-ils offert cette promotion sans prendre ce risque ? Je ne crois pas, non.
Cette promotion est le résultat direct de ma sortie de ma zone de confort. Les managers promeuvent des personnes qui vont faire évoluer leur département, qui vont améliorer les processus, qui vont mener leurs équipes vers de nouveaux sommets. Des gens qui ne se contentent pas de passer le relais d’une position à l’autre.

Vous pourriez dire que c’est charmant, mais comment on fait exactement ?

Tout d’abord, vous devez analyser la situation et réfléchir à la façon de la faire évoluer. Gardez l’esprit ouvert et acceptez toutes les idées, même les plus absurdes. Dans un monde où les technologies progressent à un rythme aussi rapide, l’absurde d’hier est la norme de demain ! (Pour ceux qui ont vu mon TEDx, je sais, j’ai déjà utilisé cette phrase, mais je l’aime toujours !)
Ne nous laissons pas prendre au piège du « nous l’avons toujours fait comme ça ».

Une fois qu’une idée est acceptée et que le plan de mise en œuvre est établi, il est important de trouver du soutien pour la lancer – par exemple, dans mon cas, mon patron et le président. Pour cela, il est important d’avoir une connaissance concrète de votre dossier pour être plus crédible (voir mon article précédent sur le « Non », que je ne développerai pas ici).

Mais par-dessus tout, nous devons oser ! Après tout, qu’est-ce qu’on risque vraiment ? Le rejet de notre idée ? Oui, bien sûr, ça arrive. Mais dans ce cas, cela nous permet d’apprendre et de rebondir plus facilement, et cela montre aussi que nous n’avons pas peur de proposer des idées novatrices, même si elles ne sont pas toujours approuvées. Quoi qu’il en soit, nous en sortons gagnants.
Tu vas avoir peur ? Oui, très probablement. Je ne faisais pas le malin quand je suis entré dans le bureau du président pour lui parler de mon idée plutôt folle.

Mais cela vaut tellement la peine que prendre ce risque et la peur de l’échec sont largement compensés.

Dans chaque poste que j’ai occupé, je peux vous dire précisément ce que j’ai changé et comment le poste a évolué sous ma responsabilité. Cela m’a probablement aidé à progresser dans ma carrière, mais surtout, cela a rendu mon travail beaucoup plus intéressant et divertissant, tout en me permettant d’en sortir avec une grande satisfaction. Ainsi, si vous ne sortez pas de votre zone de confort par ambition, faites-le au moins pour vous amuser ! (mais je le répète – le risque doit être contrôlé et approuvé par votre hiérarchie).

Magali Anderson est une pionnière de l’industrie pétrolière et gazière. Elle a gravi les échelons en occupant des postes de direction et de direction dans des secteurs à prédominance masculine dans divers pays comme l’Angola, l’Indonésie, la Roumanie et la Chine. Simultanément, elle a eu deux filles qui sont maintenant diplômées des meilleures universités. les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles de l’auteur.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

 

0 commentaires

Shares
Share This
X