Réforme de la formation en matière d’égalité de sexes dans les opération de soutien de la paix: actions de la base

par | Août 21, 2019 | All, Gender Equality

Besoin d’une réforme :

Divers problèmes de gouvernance se posent avec les structures existantes qui assurent la formation en matière d’égalité des sexes dans les opérations de soutien de la paix (OSP). Par exemple, un très grand nombre d’acteurs participent au processus, de la conception à la mise en œuvre des politiques, en passant par le suivi et l’évaluation. La présence d’une myriade de centres de formation au maintien de la paix qui dispensent des cours dans le monde entier en est un exemple. Pourtant, il est bien connu que de nombreux soldats de la paix n’ont pas reçu de formation sur l’égalité des sexes avant leur déploiement. L’existence d’un tel nombre d’acteurs/entités n’est pas mauvaise en soi car plus il y en a, mieux c’est. Cependant, cette situation pose des problèmes en termes de suivi des effectifs de personnel formé ou de suivi et d’évaluation collective des impacts (succès et échecs).

Un autre problème important tient en grande partie au fait que la formation aux questions de genre dans les opérations de paix est une question nationale. L’ONU et l’OTAN n’ont pas le pouvoir de dicter à leurs États membres ce qu’ils doivent faire quand il s’agit de cette question. En dépit de la formation et du matériel que le Service intégré de formation (ITS) de l’ONU, le Centre nordique de l’OTAN pour l’égalité des sexes dans les opérations militaires (NCGM) et les centres de formation au maintien de la paix fournissent, et en dépit d’autres appuis tels que conseils et orientations, la responsabilité incombe finalement beaucoup plus aux États membres et aux pays fournisseurs qui envoient du personnel civil et en uniforme à ces opérations. Par conséquent, dans certaines opérations,  » bien que la formation préalable au déploiement soit obligatoire, certains membres du personnel civil continuent de se déployer  » sans offrir de formation sur l’égalité des sexes.

Tout cela démontre qu’une approche locale de la formation en matière de genre est nécessaire tout au long du cycle de formation. C’est ce que j’appelle l’argument du localisme. Je soutiens que la formation en matière d’égalité des sexes dans les opérations de soutien de la paix doit être réformée par le bas et que cela doit être mis en œuvre en adoptant le cadre suivant :

Stratégie 1 : Localiser

La formation dans le pays présente des avantages stratégiques. Par exemple, la localisation signifie que beaucoup plus de temps est consacré au processus d’apprentissage et d’internalisation. Cela permet également d’assurer une formation plus continue en matière d’égalité entre les sexes. Plus important encore, il ne faut pas oublier que le concept de genre est subjectif. Elle est comprise et interprétée dans le contexte local. Cela a beaucoup à voir avec les valeurs, les attitudes, les croyances et les identités locales. Par conséquent, la localisation en tant que pratique et approche soutient des pratiques respectueuses, empathiques et non agressives pour aborder les questions de genre. Les locaux sont les plus qualifiés pour éduquer, former et enseigner sans se confronter à la culture, aux coutumes, aux idées, etc. locales. Mais la localisation ne signifie pas que la formation internationale n’est pas efficace (lorsque, par exemple, les locaux se rendent dans les grandes villes du Nord pour suivre une formation). L’expertise et l’expérience des formateurs internationaux sont également importantes. Il est possible de localiser cette pratique en envoyant un plus grand nombre de formateurs internationaux pour organiser des cours de  » Formation des formateurs  » (FdF) parmi un plus grand nombre de conseillers ou de formateurs locaux en genre.

Stratégie 2 : Optimiser l’affectation des ressources

Les ressources couvrent les aspects financiers, humains et techniques (par exemple : infrastructure, équipement, etc.) Le budget est une question controversée dans les opérations de paix. Heureusement, il existe d’autres solutions, comme l’Initiative Elsie pour les femmes dans les opérations de paix du Canada, pour améliorer la formation sur l’égalité des sexes dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Cependant, l’utilisation de ce mécanisme n’est pas suffisante. Il est bien connu que les principaux pays fournisseurs de contingents (PFC) des opérations de maintien de la paix des Nations Unies viennent de pays en développement. Nombre d’entre eux ne disposent pas de l’infrastructure ni des ressources humaines et financières nécessaires pour assurer cette formation. La plupart des centres de formation au maintien de la paix sont situés au niveau régional ou dans les grandes villes. Pour des institutions comme le NCGM par exemple, il faut se rendre en Suède pour participer à la formation. Cela nécessite un budget important. Il serait moins coûteux d’optimiser les ressources en investissant la majeure partie du budget dans la formation locale mentionnée ci-dessus.

Stratégie 3 : Maximiser la portée

Cette stratégie est liée à l’allocation des ressources. La formation au niveau local signifie qu’il est possible de former davantage de personnes. Au lieu d’affecter la plus grande partie du budget à la formation de dirigeants clés et de ne faire venir que quelques personnes dans les centres de formation des grandes villes et du Nord, les résultats seraient meilleurs et plus efficaces si les ressources (financières et humaines) étaient optimisées en les dirigeant vers les militaires et les policiers locaux, en ayant à l’esprit que cela permettrait également de maximiser leur portée. En effet, cela permettrait de réduire les coûts (ex. : réduire le budget de voyage) et de permettre la formation d’un plus grand nombre d’acteurs. Il est bien connu qu’il y a eu une tendance à former des responsables et des conseillers en matière d’égalité des sexes. Mais les officiers de rang inférieur doivent aussi être formés. Après tout, qui d’autre que ces officiers, membres des forces locales, est envoyé à ces opérations ?
Stratégie 4 : pour une utilisation significative de l’innovation et de la technologie

Enfin, l’une des meilleures pratiques qui est actuellement suggérée et manifestement mise en œuvre dans les opérations de paix est la formation en ligne. Par exemple, tout le personnel de maintien de la paix de l’ONU doit suivre une formation sur le harcèlement sexuel lorsqu’il commence son travail. L’OTAN a également mis en place des cours en ligne en ligne sur l’égalité entre les sexes qui s’adaptent au rythme de chacun. Le problème avec ces cours, c’est qu’ils se suivent à leur propre rythme et ne durent qu’entre une et deux heures et qu’ils ne sont évidemment suivis qu’une seule fois. Il y a aussi la possibilité de refaire le cours. Bien qu’il s’agisse d’une très bonne approche, d’une certaine manière, la formation en ligne sur le genre est discriminatoire. Seuls ceux qui ont l’infrastructure peuvent en bénéficier. Et encore une fois, la plupart du personnel de ces opérations de maintien de la paix (les Nations Unies, par exemple) vivent dans des pays en développement. Cela dit, il n’est pas encore clair si la formation en ligne est efficace dans les opérations de paix. Mais, en effet, la technologie devrait être utilisée pour soutenir la formation en matière d’égalité entre les sexes. Par exemple, pour appuyer la formation dans le pays que j’ai suggérée plus tôt, la formation en ligne donne l’occasion d’inviter autant d’invités que possible à discuter de leur expérience lors de conférences téléphoniques en ligne. L’avantage est que les expériences du monde entier (même de ceux qui se trouvent dans des endroits difficiles) peuvent être partagées au cours de ces sessions de formation. Évidemment, ceci n’est valable que pour ceux qui ont accès à Internet.

Stratégie : La formation sur le genre en tant qu’indicateur

Chaque fois qu’il s’agit de parler d’indicateurs relatifs à l’intégration de la dimension de genre dans les opérations de paix de l’ONU et de l’OTAN et lorsqu’on examine les rapports, par exemple ceux du Comité de l’OTAN sur les perspectives de genre, le nombre de femmes qui rejoignent les troupes et les forces de défense nationale est l’indicateur le plus souvent utilisé. Il est grand temps d’envisager d’autres indicateurs. La formation en matière d’égalité des sexes dans les académies militaires et de police locales devrait également être utilisée comme un indicateur. Cela fournirait des mesures supplémentaires qui pourraient être utilisées pour suivre la formation en matière d’égalité des sexes dans le cadre de la mise en œuvre du programme de la FPS, autres que le simple nombre de femmes participant aux opérations de paix : le nombre d’agents locaux formés (tous grades et sexe). C’est une façon de demander des comptes aux États membres et aux pays contributeurs. 

Velomahanina Razakamaharavo est  collaboratrice scientifique  à l’UCLouvain (Belgique). Elle travaille sur le genre dans les opérations de paix de l’ONU et de l’OTAN ainsi que sur les implications de l’intelligence artificielle dans les domaines de la paix et de la sécurité. Elle travaille également sur la dynamique de la récurrence des conflits et les processus de consolidation de la paix.
Les opinions exprimées dans ce document sont uniquement celles de l’auteur.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

 

 

0 commentaires

Shares
Share This
X