Pauvreté et discrimination – principal déclencheur de l’augmentation des VBG dans les pays tiers, le cas du Népal

par | Mai 7, 2019 | All, Gender Equality

Dans le contexte népalais, les femmes sont plus susceptibles d’être confrontées à différentes formes de violence, notamment la violence familiale, les sévices sexuels et la torture, le viol, le harcèlement sexuel, la traite des femmes, la dot, la torture mentale, la violence verbale, la discrimination sexuelle, le mariage des enfants, la polygamie, la polyandrie due aux coutumes sociales et aux préjugés qui compromettent l’égalité du statut et des chances des femmes dans la sphère publique et privée. Il peut être intéressant pour le lecteur de comprendre les problèmes de VBG au Népal qui sont très différents de ceux de l’autre partie du monde – cela peut être dû à la pauvreté, à la discrimination de caste et à d’autres mauvaises pratiques dans les communautés.

Les VBG telles que le viol, le mariage d’enfants, la polygamie, etc. et les femmes ne portent généralement pas plainte en raison de leur dépendance économique vis-à-vis des membres masculins. Il existe une culture du silence pour différentes raisons socio-économiques. Une mauvaise utilisation de l’argent et ses implications, la consommation maximale d’alcool par les membres masculins alimentent les incidents. Les enfants sont très affectés psychologiquement dans les maisons où il y a des tensions au sein de la famille. Les adolescents, filles et garçons, ne sont normalement pas capables de partager leurs problèmes. Au cas où ils partageraient mais ne seraient pas entendus, ils se sentiraient blessés, parfois les enfants vivant avec leurs grands-parents se heurtent les uns aux autres à cause des énormes écarts entre les générations et du manque de compréhension entre eux. Si les garçons et les filles se sentent faibles dans leurs études, ils sont également susceptibles de faire une tentative de suicide. De même, le mariage inter-caste est un indice de conflit familial et social qui peut parfois être une raison pour le suicide. L’avortement sélectif selon le sexe (priorité masculine) est expressément interdit au Népal, mais peu d’éléments indiquent qu’il est néanmoins pratiqué. Il y a une tendance à l’avortement après l’identification du sexe. Cela a un impact énorme sur les enfants.

La société patriarcale, la géographie difficile à atteindre, les croyances superstitieuses, les mauvaises pratiques, l’extrême pauvreté, le manque d’éducation et de sensibilisation sont les principales causes de la violence. Il y a des gens dans la communauté qui ne savent même pas ce qu’est la violence et comment ils peuvent se protéger contre la violence. Les services des fournisseurs de services ne sont pas bien connus des victimes et les services ne sont pas de qualité suffisante pour répondre à toutes sortes de questions. Il y a des situations où les victimes sont encore plus victimisées alors qu’elles tentent d’obtenir justice. La capacité et la volonté du personnel de l’organisation prestataire de services ne sont pas adéquates. Il peut y avoir une augmentation de la violence dans la société, mais la tendance à se plaindre dans les organismes respectifs est très faible en raison de la culture du silence.

A. VBG et complexités, quelques scénarios de terrain

a) Personne ayant subi un mariage d’enfant et ayant subi de la violence domestique :

Il y a les deux pratiques telles qu’un mariage arrangé par leurs parents dans l’enfance et un autre est que les garçons et les filles qui ont moins de 18/20 ans quittent leur maison et restent quelque part dehors pendant un certain temps. Une fois qu’une fille est enceinte, il n’est pas possible de les séparer. Il n’y a pas de sensibilisation adéquate concernant le mariage des enfants et son impact sur leur vie familiale. Ils se marient sans savoir ce qu’est le mariage. Le mariage à un jeune âge est une usurpation d’identité de la part d’autres personnes de leur entourage. Si les cas sont portés à l’attention de la police, celle-ci prend un enregistrement vidéo des explications et de l’engagement de leurs parents et des garçons et des filles pour la séparation. Mais cela ne dure pas longtemps ; il y a une tendance à la réunion des garçons et des filles. Il n’existe au Népal aucune disposition sociale et juridique permettant de vivre ensemble.

Maya (nom changé) du district de Bajhang s’est rendue au bureau de police du district à la recherche de soutien. Elle a 32 ans et s’est mariée à l’âge de 9 ans, alors que son mari avait 7 ans. Son mari s’est marié avec une autre fille et ils vivent ensemble en la jetant dehors de leur maison. Elle est dans une maison parentale depuis 12 ans. Elle n’a pas d’enfants. Elle est venue au bureau de police du district pour comprendre comment elle obtiendra justice. Elle veut des biens de son mari et veut divorcer. Elle n’est pas disposée à porter plainte auprès de son mari en ce qui concerne la polygamie. Elle est très pauvre et ne connaît aucune procédure légale. Elle demandait au personnel policier comment elle obtiendrait justice pour qu’elle puisse vivre le reste de sa vie dans la collectivité avec respect et dignité.

Rita (dite caste inférieure, nom changé), 35 ans, dame du district de Rolpa. Elle a 6 enfants. Elle s’est mariée à l’âge de 13 ans et son mari travaillait en Inde pour résoudre les problèmes de leur famille au jour le jour. Elle a été violée par son beau-frère. Il est maintenant en prison. Son mari a accepté mais l’a toujours battue. Son mari est un ivrogne, alors la pauvre Rita a beaucoup de mal à élever ses enfants. Si elle reçoit de la nourriture pour le matin, il y a toujours de l’incertitude quant à la nourriture pour le soir.

b) Deuxième ou troisième mariage d’un homme avec une enfant fille

La célébration communautaire traditionnelle (Mela) est l’une des principales raisons du mariage des enfants dans le district de Bajhang. Mela’ commence en septembre et dure 3 mois. Mela est célèbre pour rassembler les gens dans un endroit particulier, comme un temple, un bazar, etc. Il sera apprécié dans différents endroits du quartier pendant cette période différemment. En général, elle est célébrée la nuit. Le charme principal de Mela est de boire de l’alcool, de danser avec les chants traditionnels. Les gens apprécient beaucoup l’alcool local qui est préparé avec du riz, du maïs, du millet et du blé qui sont les principales sources de nourriture dans les régions locales. Cela pourrait être la cause principale de la pénurie alimentaire dans le district. Pendant cette période, la police doit faire l’objet d’une grande attention et sa présence effective est très importante pour maintenir la sécurité. L’effectif du personnel policier n’est pas approprié dans une région géographique difficile. Les garçons, les filles, y compris les adolescents et les adolescentes, optent pour la Mela. Il y a toujours de fortes chances que l’homme et la fille se marient pour la deuxième ou la troisième fois.

c) Mariage d’enfants, questions de santé génésique (comme l’infection urinaire, la prolapsus utérin, etc.) et préférence du deuxième mariage pour les hommes

18 ans Shiwani Badi (du soi-disant groupe de la caste inférieure) du district de Surkhet veut divorcer de son mari. Elle est diplômée de SLC. Il n’y a aucune fille dans la communauté de Badi qui a réussi le CSL dans cette localité. Elle a fait « l’amour du mariage » à l’âge de 16 ans avec un garçon de 17 ans. Elle est allée préparer un examen dans le district voisin. Un garçon qui dirigeait sa propre entreprise de couture l’a piégée pour se marier. Il lui avait promis de poursuivre ses études, mais il ne les a pas suivies. Au lieu de cela, il avait l’habitude de montrer sa vidéo porno et de la contraindre à agir comme dans la vidéo. Si elle refusait, il la battrait. Elle a perdu 2 mois de fœtus. Maintenant, elle souffre de problèmes in uterus/ovarien. Son mari n’a pas donné d’argent pour son bilan de santé et d’autres médicaments. Les membres de sa famille maternelle l’ont emmenée à l’hôpital pour un traitement complémentaire. Elle prend des médicaments. Il a l’habitude de la battre. Elle s’était mariée avec Dalit, mais elle est même discriminée par la famille de son mari qui la considère comme appartenant à la caste inférieure des Badi. Son mari a une relation avec une autre fille et il n’est pas responsable envers elle. Par conséquent, elle v d) Consommation excessive d’alcool et tentative de viol, viol et violence domestique

La consommation excessive d’alcool par un membre masculin de la famille, principalement par le chef de ménage ou le mari, est l’une des principales causes de violence domestique. Les membres masculins sont soutiens de famille et, par conséquent, les femmes au foyer sont de toute évidence confrontées à une dépendance économique à la maison. Cela donne la suprématie aux membres masculins et ils dominent leurs épouses. Certaines femmes et filles de l’extérieur de la ville et même de la ville établissent des relations sexuelles avec d’autres. C’est ainsi qu’ont surgi des querelles de ménage et des violences.

L’alcool est un élément culturellement reconnu de la vie au Népal, d’une part, et, d’autre part, sa consommation est considérée comme pathologique, ayant des conséquences directes dans la famille d’un individu, affectant les femmes et les enfants par la violence domestique, la pauvreté, la dette, la pénurie alimentaire, la perte du prestige social. L’impact direct de la consommation d’alcool sur la famille a été la négligence, les mauvais traitements et la malnutrition, les enfants qui abandonnent l’école et ceux qui fuient la maison.

Sahamati B.K. (nom changé, dite caste inférieure) est la fille de Karne Kami (dite caste inférieure) et Iswori B.K. de Lungri Gaupalika, district de Rolpa. Elle a 10 ans et étudie en classe 3. Elle a deux sœurs plus jeunes. Sahamati a été violée par son père dans leur étable quand il était ivre. Il l’a violée en fermant sa bouche. Elle a pleuré et a essayé de lui échapper, mais il était impossible d’échapper à son lien fort. Après le viol, il lui a donné 100 roupies pour ne pas révéler l’incident. Mais elle était sérieuse et les villageois ont trouvé la réalité. Les villageois se sont immédiatement présentés au bureau de police d’Ilaka, Sulichaur. La police a arrêté l’agresseur et a pris les mesures qui s’imposaient. Maintenant Karne est en prison. L’histoire ne s’est pas terminée avec cette incidence. Il y a 3 mois, elle a eu mal à l’estomac. Sa mère Iswori a demandé qu’on l’emmène en moto pour aller acheter des médicaments pour sa fille. L’une des jambes d’Iswor s’est prise dans la roue de la moto et elle a été totalement détruite. Elle a été transportée à l’hôpital. Heureusement, elle a survécu, mais elle a perdu sa jambe. Maintenant, elle est dans la rue, mendiant pour s’occuper des trois filles. Iswori a mentionné que son mari a tenté de violer Sahamati depuis l’âge de 5 ans.

Dilsara Damai (nom changé, dite caste inférieure) est une dame de 35 ans de la communauté de la caste inférieure du district de Doti. Elle s’est mariée à l’âge de 15 ans. Elle vit maintenant dans la maison de ses parents avec trois enfants. Elle travaille dans le secteur agro-industriel, qui est un emploi saisonnier. Son mari est un ivrogne bien connu de la communauté. Il se dispute toujours avec sa femme pour l’argent qu’elle gagne en travaillant comme ouvrier pour qu’il puisse consommer plus d’alcool… Il la bat toujours vigoureusement et les voisins sont fatigués de l’emmener plusieurs fois à l’hôpital. Elle a porté plainte auprès de la police. Elle a mentionné que la police devrait avoir une bonne compréhension de la médiation et assurer un suivi régulier avec les auteurs de ces actes.

e) La migration économique et son impact sur la famille

Anita (nom changé) du district de Tanahu est une femme de 22 ans qui a une fille de 5 ans. Anita est venue au bureau de police de Tanahu pour faire partie de l’interaction avec nous en ce qui concerne sa confiance et la satisfaction des services de police qu’elle a reçus. Au début, elle n’était pas disposée à parler à qui que ce soit. Son visage était triste, ses yeux étaient agités, regardant quelque part au loin sans cligner des yeux. Nous avons posé quelques questions tirées de notre liste de contrôle pour le sondage. Elle n’a pas répondu. Je l’ai appelée près de moi et je l’ai interrogée sur son passé. Elle a pleuré, puis s’est mise à parler dans sa gorge en pleurs. Son mari et son frère (beau-frère) sont allés au Qatar après son mariage. Elle a une fille de cinq ans. Elle était séparée de la famille commune et vivait maintenant dans une petite hutte. Ils sont économiquement pauvres dans leur communauté. Elle traversait une crise économique car son mari n’envoyait pas d’argent régulièrement. Son beau-frère est venu du Qatar au Népal. Il venait souvent chez elle et se comportait mal, comme elle l’a dit. Après cela, elle est venue à la police pour déposer une plainte. La police a appelé l’agresseur et a servi de médiateur dans l’affaire. Après ça, le beau-frère s’est marié. Son mari s’est suicidé au Qatar. Son beau-frère est maintenant allé au Qatar pour avoir accepté le cadavre et reçoit des prestations de la compagnie qui est fournie au membre de la famille. Aujourd’hui, elle a subi un traumatisme et elle cherche à obtenir justice également.

Sun Devi Shingh (nom changé) de Kailash, Bajhang est un autre exemple représentatif de la suppression extrême par la famille qui vit dans un état socio-économique très critique. Elle s’est mariée à 14 ans. Son beau-père a été tué pendant l’insurrection par le parti insurgé. Toute la responsabilité de la famille s’est portée sur son mari, enclin à émigrer en Irak pour gagner sa vie. Il a été tué en Irak en 2005. Maintenant, elle a été battue par son beau-frère. Elle a été boycottée par tous les membres de la famille. Elle a été battue sérieusement et est donc venue à la police. Elle a porté l’affaire devant le tribunal de district. Le tribunal de district a fait office de médiateur dans cette affaire sans aucune indemnisation. Elle a accepté la décision parce qu’elle vit dans la crainte d’être tuée par son beau-frère si elle ne la respectait pas. Si elle est tuée, les 3 enfants « seront dans la rue », a-t-elle mentionné.

f) La polygamie liée au mariage entre castes

Hima Bhandari(Nom changé) est de Tulsipur Dang. Elle a trouvé sa vie dans une embuscade il y a 12 ans. Alors qu’elle étudiait en dixième année, ses frères voisins l’ont présentée à une personne de 27 ans. Lors de la première rencontre, il a proposé d’aller visiter la jungle, un peu loin de Tulsipur. Elle a refusé plusieurs fois. Le frère voisin est aussi prêt à aller pique-niquer et à s’amuser comme un pique-nique sec. C’était samedi et finalement elle a accepté. Ils sont restés toute la journée, ont aimé parler et jouer. Il commençait à faire nuit et le soir approchait. L’étrangère a attrapé son corps et a tenté de la violer dans la jungle sombre. Le voisin qui était avec eux a disparu. Elle a essayé de lui échapper, mais sans succès. Il l’a violée en premier et a proposé de l’épouser. Elle n’était pas en position de décider. Mais un étranger a mentionné qu’il est un grand homme d’affaires de la ville voisine. Il a donné tant d’engagements et finalement elle a accepté. Après ça, elle a eu un rebondissement dans sa vie. Après 3 jours de leur arrivée chez lui, elle a su qu’elle s’était mariée avec la personne de la caste dite inférieure et avec une autre femme. Le message a été transmis de personne à personne et transmis à ses parents. Ils n’ont pas accepté ce mariage et il n’y a toujours pas de communication et de relation avec la maison maternelle. Ils ont maintenant une fille de 10 ans. Son mari est parti pour la migration économique et est maintenant de retour chez lui. Hima a mentionné qu’elle a été battue par son mari plus de 1200 fois au cours des 12 années de leur vie conjugale. Il essaie aussi de verser de l’acide dans son corps. Au cours de la visite de notre équipe, elle est venue de l’hôpital au bureau de police pour enregistrer le cas et obtenir de l’aide en cas de divorce. Son visage et son corps étaient pleins de blessures. Sa jambe a été pondérée. Lorsque nous lui avons posé des questions sur son avenir après le divorce, elle nous a répondu qu’elle voulait retrouver sa liberté dans sa vie et qu’elle voulait créer sa propre entreprise.

g) Violence à l’égard des femmes en raison de la naissance d’un enfant de sexe féminin

Sukti Kumari (nom modifié) du district de Siraha a un concept différent de l’éducation des filles. Elle a mentionné que l’éducation des filles est coûteuse dans les districts frontaliers – plus l’éducation des filles est élevée, plus la possibilité d’exiger d’énormes sommes d’argent comme dot est grande. Sukti Kumari a terminé son B.A. Afin de minimiser la dot, sa famille a arrangé son mariage avec le gars qui vient de passer la classe dix. Ils ont eu de bonnes relations pendant un certain temps. Elle enseignait dans les pensionnats de leur quartier. Aujourd’hui, elle a abandonné son emploi régulier d’enseignante à cause de la pression de son mari et de sa famille qui ont deux filles et Jukti a été accusée que la raison pour laquelle elle a deux filles est de sa faute. Le mari et les membres de la famille de Jukti pensent que Jukti a 5 sœurs, de sorte qu’il a été hérité et qu’elle a donné naissance à deux filles et pas un seul fils. Aujourd’hui, elle n’a plus le droit d’exercer aucune activité économique, elle n’a plus accès à de l’argent chez elle. Elle est négligée et battue par son mari.

h) Les femmes et les filles sans documents légaux tels que certificats de citoyenneté, certificats de mariage, certificats de naissance, etc.

Suhana Khatun (nom changé), 26 ans, fille de 26 ans vient régulièrement au siège du district pour demander justice dans le district de Mahottari. Elle n’a pas de certificat de mariage, de citoyenneté et d’enregistrement des naissances de ses enfants. Personne ne l’aide à préparer de tels documents. Elle était fatiguée et n’arrivait toujours pas à obtenir justice. Son mari a épousé une autre fille et elle veut des biens de son mari pour elle-même et ses enfants. Mais sans documents appropriés, elle n’est pas en mesure d’enregistrer le cas. Elle vient régulièrement au siège du district pour un an.

i) VBG liées à la réinsertion communautaire des ex-combattants

Parbati Kumal (nom modifié) du district de Dhading est un ancien combattant illettré (PLA). Elle est orpheline. Elle a eu un mariage inter-caste avec le PLA qui travaille maintenant dans l’armée népalaise. Elle ne s’est pas enrôlée dans l’armée népalaise, car elle a pris sa retraite volontaire. Elle est maintenant avec la famille de son mari. Elle a mentionné qu’elle lutte au sein de la famille parce qu’elle fait partie de cette famille. Elle a été victime de violence familiale de la part de son beau-frère et d’autres membres de sa famille. Elle est accusée de prostitution par son beau-frère. La cause principale de la violence est, premièrement, qu’elle est orpheline, deuxièmement, qu’elle était en APL et troisièmement, qu’elle a une idéologie politique différente des autres membres de sa famille. Aujourd’hui, elle n’a aucun lien direct avec son parti politique (le parti maoïste). Elle n’est affiliée à aucun groupe ou coopérative d’épargne/crédit communautaire. Parbati a mentionné qu’il y a des femmes (pour la plupart blessées de guerre) dans la communauté issues de groupes d’ex-combattants qui font face à des défis de la part de leur mari, de leur famille et de leur communauté également. Elle est venue au bureau de police et s’est plainte contre son beau-frère. La police a servi de médiateur dans cette affaire. Maintenant, elle est satisfaite de son poste de police parce que la police a fait un suivi régulier de l’agresseur et qu’elle est donc moins menacée ces jours-ci.

j) Tendance croissante de la cybercriminalité :

Un jeune homme utilise abusivement le réseau social, filme de la pornographie et fait du chantage aux victimes – La police en charge du district a mentionné que son équipe a arrêté un jeune homme chargé de filmer de la pornographie et de faire du chantage aux jeunes filles. L’auteur n’est pas du même quartier. Il se fait rapidement des amis sur facebook. Il a une personnalité attrayante et une bonne capacité de dialogue émotionnel pour que les filles tombent facilement dans son pseudo amour. Il dit qu’il vient d’une famille très riche mais qu’il est orphelin. Il n’a pas de proches parents dans ce monde. Il peut faire des histoires très émouvantes qu’il fait facilement des filles ciblées tombant dans son amour. Il parle d’une manière très charmante. Au début, il dépense aussi beaucoup d’argent. Il ne faut pas plus de 2 à 3 jours pour établir une relation physique avec les filles. Une fois qu’il a établi la relation, il tourne la pornographie et commence à faire du chantage avec les filles et leur famille. Comme perpétuateur, il a fait des centaines de pornographie de différentes parties du pays. C’est son mari dont il a parlé. Il est actuellement en garde à vue dans le district de Sindhuli et fait l’objet d’une procédure judiciaire.

k) Médiation d’affaires pénales par des membres de la communauté, des dirigeants politiques/représentants élus, des réseaux, etc :
Une jeune fille enceinte de 15 ans est venue au bureau de police d’Ilaka, à Bhingri, dans le district de Pyuthan. Son petit ami a 22 ans. Ils voulaient établir leur vie de couple. Mais en raison de leur âge, on leur a suggéré de se faire avorter. Ils ont avorté le bébé et les deux familles sont maintenant prêtes à les séparer. La famille de la fille a demandé3 lakhs Rupees népalaises. La famille du garçon ne veut pas ou ne peut pas fournir cette somme d’argent. Maintenant, l’affaire est devenue plus compliquée. Conformément à la disposition légale népalaise, les relations sexuelles avec une fille de moins de 16 ans sont considérées comme un viol et des mesures seront prises en conséquence. Les membres de la famille des filles se préparaient à enregistrer l’affaire comme une affaire de  » viol « . Bon nombre de ces cas dans les districts font l’objet d’une médiation.
l) Violence domestique envers les femmes et les enfants en raison de la dot :
La dot est l’une des principales causes de la violence domestique dans le district. Les gens ne savent pas que la violence liée au sexe est un crime, il faut encore les sensibiliser. Il existe une pratique « talaak » dans la communauté musulmane qui a également alimenté la violence domestique. Le membre masculin de la société en tant que soutien de famille veut toujours être dans une position supérieure au lieu de respecter la coexistence

B. Qu’est-ce que les victimes attendent des fournisseurs de services ?
– Les victimes s’attendent à ce que la police et les fournisseurs de services adoptent un comportement doux et accueillant dans un langage compréhensible (normalement, elles préfèrent la langue locale pour leurs conversations) ;
– Les victimes veulent que leur cas soit examiné en temps opportun ;
– Les victimes veulent que la police et les fournisseurs de services les écoutent sérieusement ;
– Les victimes veulent que tout le personnel policier se comporte de la même manière que les autres, sans parti pris, elles préfèrent un traitement spécial à la personne qui a des besoins particuliers, comme une personne handicapée, une personne blessée, une personne souffrant de troubles mentaux, etc ;
– Beaucoup de ces crimes sont commis par le biais de la téléphonie mobile et des médias sociaux. Ainsi, les victimes veulent enquêter rapidement en suivant la localisation de l’appel ;
– Les victimes veulent que le personnel policier garde leurs renseignements confidentiels ;
– Les victimes et leur famille veulent plus de counseling en ce qui concerne leurs propres problèmes ;
– Les femmes et les filles veulent que leur cas soit traité par des femmes policières ;
– Les victimes veulent que la police continue d’assurer le suivi de l’agresseur et des membres de sa famille par le biais de patrouilles, d’un suivi téléphonique et d’une date fixée pour se rendre au bureau de police et avoir d’autres discussions ;
– Les victimes de violence liée au sexe veulent être orientées par des prestataires de services principalement pour assurer leur subsistance et leur réinsertion dans la communauté.

Il reste un long chemin à parcourir pour réduire au minimum la vulnérabilité des filles et des femmes. Une autre mesure de la durabilité est l’étendue et la force des partenariats, des réseaux et de la coordination. Au Népal, les femmes qui ont été victimes de violence liée au sexe ont des besoins multiples et complexes. Il s’agit notamment de soins médicaux, d’un logement sûr, de conseils psychosociaux, d’une protection policière, de conseils juridiques et, en fin de compte, d’une formation aux compétences nécessaires dans la vie courante et de soutiens qui leur permettent de gagner leur vie durablement. Un problème particulièrement épineux est le processus de renvoi et la décision de savoir si l’affaire doit faire l’objet d’une médiation ou être renvoyée devant les tribunaux. Au nom de la médiation, il existe un risque élevé d’hostilité de la part des victimes. De nombreux cas de polygamie et de mariage d’enfants ont été signalés comme ayant fait l’objet d’une médiation à différents niveaux, c’est-à-dire de la communauté au tribunal même. La raison principale en est liée aux énormes différences de pouvoir entre les parties concernées et à la domination masculine du système judiciaire et de la police. Un hébergement et des services adéquats, des bilans de santé gratuits pour les victimes, des conseils psychosociaux, un bon mécanisme d’orientation et de coordination contribuent sans aucun doute à la mise en place d’un mécanisme de services intégrés efficaces au niveau local. Le rôle intégral des organismes locaux dans la résolution de ces problèmes a été pleinement reconnu.

Balkrishna Silwal Sharma A plus de 20 ans d’expérience dans la direction et la coordination d’un programme de développement rural participatif basé sur le droit par le biais d’une équipe multidisciplinaire pour changer la vie des populations et communautés marginalisées pour leur développement holistique (Népal, Afghanistan et Tadjikistan) ; les opinions exprimées dans ce document sont uniquement celles de l’auteur.

Deepl translation

 

 

 

 

0 commentaires

Shares
Share This
X